Julien BOULIER - MUSIQUE


Définitions des besoins de part et d’autre au niveau des collectivités locales [Publié le 2004-05-12 00:00:00]



Bonjour,

A l’intention de l’équipe du Service de Coopération et d’Action Culturelle,

Gaelle Rivière, Attachée Culturelle au Service , Marie-Antoinette Azar, Coordinatrice Culturelle, André Destoup, Conseiller Culturel,

Je suis actuellement en train de prendre des contacts à Brest , avec l’accord d’Alain Froment, directeur de l’école française, pour réfléchir en amont à des projets de correspondance cycle II et III notamment avec des élèves de Brest et de la communauté urbaine de Brest autour du projet d’école "vivre et communiquer avec autrui".

Habitant jusqu’au 15 aout à Brest et étant actuellemnt intervenant à l’école de Kérichen (après avoir été 1 an professeur de formation musicale dans une école de musique intercommunale et 3 ans professeur des écoles), comme "chef de choeur" pour un projet "chansons du monde" avec une classe de CE2 et 2 classes de CM1, j’ai pu constater l’intérêt que portaient certain(e)s instituteur(trice)s et/ou directeur(trice)s de Brest pour des correspondances qui pourraient se faire sur certains points du programme et à certains moments de l’année en fonction des séquences du programme de cycle II et III entre des élèves de leurs classes et ceux de l’école française.

Je réfléchis notamment à une correspondance qui pourrait, à partir d’un travail sur les sciences en collaboration avec Anne Rognant , responsable des ateliers pédagogiques d’Océanopolis à Brest, et qui pourrait se poursuivre par l’écriture d’un scénario d’une comédie musicale.

Faire venir des artistes musiciennes ou musiciens dans le cadre du projet de l’école me semblerait une bonne chose si un tel projet voyait le jour. J’ai vu sur votre site de l’ambassade que vous aviez invité le 25-04-2004 , pour un concert de musique classique piano/hautbois à la Salle Sindbad de l’Hôtel Crowne Plaza - Mascate deux artistes françaises : Nora CISMONDI et Géraldine DUTRONCY.

Je participe ici à Brest au premier semestre 2004 à l’Ecole Nationale de Musique à des chorales comme chanteur et notamment dans celle de Laure Leyzour, chef de choeur (répertoire Moyen-âge époque contemporaine), et Jean-Marc Labylle (Collegium Orpheus), par ailleurs tous deux professeurs à l’ENM : nous avons chanté cette année les Vêpres de Monteverdi en double choeur à Brest et à la cathédrale de Quimper, et nous allons chanter à Paris le 10 juin prochain en première mondiale avec Gérard Lesne comme ténor le "dixit dominus" de 1743 , oeuvre de Zerafa (1726-1804), ainsi que le "magnificat"-"salve regina"-"miserere", concerto pour viole d’amour, de Vivaldi (1678-1741).

J’ai pu également rencontrer des artistes lors de mes formations cette année les week-ends et pendant les vacances scolaires : Musiques et Danse en Bretagne : Dominique, joueuse de Kora, par ailleurs formatrice et intervenante dans les conservatoires de musique. Brigitte Chataignier, qui emmène des stagiaires en Inde du Sud et en tant que formatrice "Musiques, danses, et chants" étudiants qui se forment pour devenir Musiciens Intervenants dans les Ecoles. Isabelle Poncet, pianiste dans le Trio de l’Instant à Brest, par ailleurs accompagnatrice dans la chorale de Jean-Marc Labylle.

Je dois voir justement demain Mme Bachelier, adjointe au maire de Brest au service des Relations Internationales, pour prendre des renseignements par rapport aux différents projets de jumelages culturels qui peuvent éventuellement se mettre en place. Encore une fois il ne s’agit pour l’instant que de prises de contacts dans le but de voir si ce type de correspondance ou de jumelage culturel peut intéresser d’autres secteurs d’activité liés au secteur associatif ou à d’autres secteurs culturels et éducatifs. En tant qu’institutrice de CE2 , Mme Bachelier est intéressée par ce(s) projets de correspondance(s), notamment en ce qui concerne le volet sciences/arts/musique pouvant donner lieu à l’écriture d’un scénario de comédie musicale. Cela peut se faire ici à Brest grâce aux collectivités locales et aux nombreuses "aides au projets d’écoles" en musique (Ecoles de musiques de Brest, du Relecq Kerhuon (Simurel) puisque la mairie met à la disposition des professeurs des écoles (Miko Le Lez pour la mairie de Brest aux services culturels et les projets "Chansons" actuellement mis en place avec les collectivités locales ; Hélène Petton pour les écoles privées du Finistère comme personne ressource en Chant, musiques, et patrimoine ; Emmanuel Sanchez comme coordinateur des professeurs de musique et des projets d’écoles des 4 communes dépendant du Simurel et de l’école de musique intercommunale : Guipavas, Daoulas, Plougastel et Le Relecq Kerhuon). Pouvez-vous éventuellement me donner des précisions sur les structures associatives fréquentées par les enfants de l’école française de Mascate, notamment en ce qui concerne l’éducation artistique (Musique, chanson, arts, danses, école de musique...) mais aussi découverte de l’environnement (sciences, clubs d’animation, sorties culturelles, plongées ou randonnées découvertes).

Je vais me renseigner sur internet et en particulier sur votre site puisque j’ai vu qu’un onglet "associations" y est présenté.

Je suis également en contact avec Martine Abgrall, potière à Loperhet, qui travaille avec des écoles sur des projets sciences/arts en relation avec le thème de la mer et avec Océanopolis. Martine Abgrall (premier lien sur google) s’inspire du travail des enfants pour ses créations mais aussi de ses voyages fréquents (1 par an) en Afrique pour graver,inscrire, peindre des écritures et des motifs destinés ensuite à être cuits sur des tablettes ou des façonnages à base de terres qui changent de couleur à la cuisson, avec la technique du Raku (elle expose de façon permanente à la ferme des artisans dans les Monts d’Arrhée, près de Pleyben, Brasparts, Huelgoat, Commana, Botmeur) : une part de hasard est laissée dans cette technique jouant sur les multiples contrastes entre les terres laissées sans émail et celles recouvertes au pinceau par différents motifs ou écritures. "On a souvent des surprises mais jamais réellement de déception", selon Martine Abgrall. "Le bonheur réside souvent dans le hasard", selon elle, en parlant notamment de cette technique de cuisson.

Je vous tiendrai au courant du rendez-vous que j’ai demain avec Mme Bachelier, sachant que pour l’instant, il ne s’agit que de travailler et réfléchir en amont par rapport aux besoins qui peuvent exister de part et d’autre et que bien évidemment, ces contacts seront mis en commun avec les différents collègues pour déterminer certains choix en ce qui concerne des projets de correspondance qui se doivent avant tout d’être construits en équipe.

P.S. Dans le cadre associatif, existe-t-il des chorales à Mascate o๠je pourrais m’intégrer comme chanteur, par exemple dans le cadre du CSFE ou d’une autre structure associative ? Et est-il possible , comme je suis chef de choeur intervenant dans une école pour un projet "chansons du monde" cette année et suis des formations par Musiques et Danses en Bretagne pour notamment me former en "direction de choeur", imaginer la création d’une chorale l’année prochaine sur Mascate, sachant que je resterai en contact par email et toute l’année avec tous les formateurs et chefs de choeurs que j’ai rencontré(e)s cette année dans mes stages (conseils, répertoires, partitions par email, médiathèque très riche du siège de Musiques et Danses en Bretagne à Chateaugirond : contacter Flora Even, documentaliste, à contact@resonances-bretagne.org à qui j’ai fait part de ce projet qui pourrait, pourquoi pas, lors du printemps des poètes 2005 ou lors d’une/d’autres occasion(s), associer des chants travaillés par des élèves de l’école française.

Cordialement.

Julien Boulier.


Réagir

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)