Julien BOULIER - MUSIQUE


Edito journal kd production par Franck Luc Dancelme [Publié le 2004-05-15 12:57:18]



Vous avez dit : Communiquer ?!

http://www.kdproduction.fr/le-site/KD_News/kd-news-edito.htm

http://www.kdproduction.fr/le-site/Shows-spectaculaires.htm

http://www.kdproduction.fr/le-site/Spectacles-urbains.htm

"Un regard, un mot, un geste suffisent à faire passer l’essentiel, se faire comprendre, exacerber l’émotion, sublimer l’instant."

"L’échange est le premier rôle de la communication !

Pour nous l’échange est une passion"

"Les passions sont les vents qui enflent les voiles du navire ; elles le submergent quelquefois, mais sans elles, il ne pourrait voguer" Voltaire.

"Créer, c’est innover : Léonardo de Vinci"

"Pour accomplir de grandes choses, il ne suffit pas d’agir, il faut rêver. Il ne suffit pas de calculer, il faut croire".

Anatole France

"De plus en plus, municipalités et gouvernements font appel à des créateurs pour mettre en oeuvre célébrations et commémorations.

Ces manifestations, à vocation historique, culturelle ou inaugurale, au caractère éminemment populaire, ont pour obligation de pouvoir être perçu par tous, sans discrimination sociale et culturelle. Elles se font généralement sous forme de grands spectacles audiovisuels extérieurs, mettant en oeuvre des moyens techniques souvent importants. Mais la technique ne doit en aucun cas faire oublier le sujet. éternel dilemme entre le contenu et le contenant, le fond et la forme.

Le rôle du créateur est de trouver l’équilibre entre le sujet, le lieu et la technique. Cette alchimie n’est possible que s’il maîtrise parfaitement l’ensemble des données. En vérité, il doit être rationnel dans son irrationnel, son objectif étant d’assurer la pérennité du contenu dans l’esprit de ceux qui écoutent et qui regardent.

Le créateur n’a pas de “truc”, si ce n’est sa sensibilité qui lui permet de trouver le mot juste, la note qui vibre, l’image forte, offrant ainsi un trousseau de clés universelles au spectateur. Et chaque spectateur doit repartir avec le sentiment d’avoir appris, découvert ou redécouvert ce qui a été. Il ne s’agit pas d’imposer mais de suggérer, de laisser l’émotion se dégager pour que l’espace d’un instant le public ne fasse qu’un, hors le temps.

Voilà le véritable rôle du :

“Conteur d’Histoire”.

"La brièveté est soeur de talent"

Tchékov

" n regard, un mot, un geste suffisent à faire passer l’essentiel, se faire comprendre, exacerber l’émotion, sublimer l’instant.

Selon à« Le Bouddhaà » : “Meilleur que mille mots privés de sens est un seul mot raisonnable, qui peut amener le calme chez celui qui écoute.”

Dans la communication spectaculaire - dite “événementielle” - il est facile de tomber dans l’excès et la débauche de moyens d’expression ou techniques. Il suffit d’en rajouter (croit-on) pour faire passer le manque de contenu et épater (le croit-on encore) celles et ceux qui regardent, écoutent et entendent.

L’art repose en vérité sur la concision, pour ne garder que le mot, la note et l’image qui résume tous les autres. C’est alors que ce mot, cette note et cette image ne peuvent s’adapter qu’à un instant et à nul autre.

Par une alchimie inexplicable, l’éphémère délivre son lot d’émotion, de magie et d’émerveillement gravant dans la mémoire de chacun ce moment unique comme celui d’un état de grâce, hors du temps, hors les frontières, unificateur.

Et le temps lui-même, dans son échappée inexorable, ne pourra que sublimer le souvenir de cet instant dans l’esprit de celles et ceux qui l’ont vécu, laissant une trace indélébile de cette vision lapidaire dont la fugacité semble nous dire :

“La simplicité est un art !”.


Réagir

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)