Julien BOULIER - MUSIQUE


Le mouvement, dimension oubliée du vivant [Publié le 2004-02-27 14:40:34]



réalisé par Jean-Marc SOUDON. Formateur en Ressources Humaines, Praticien diplômé de l’International Feldenkraà¯s Federation. Extrait de Objectif Soins, nà°107, juin juillet 2002, ressources humaines

Le mouvement, une dimension oubliée du vivant

Le processus de la vie se compose de quatre parties : la perception , la pensée, l’émotion et enfin le mouvement. Le système nerveux pilote essentiellement le mouvement. Sensation, sentiment, pensée sont impossibles sans série de processus complexes, déclenchés par le système nerveux pour retenir le corps dans la pesanteur. Pour définir notre position par rapport au centre de gravité, ou bien pour modifier notre position, changer de lieu, nous devons utiliser nos sens, nos émotions, notre pensée. De plus, l’activité musculaire, donc le mouvement, est à l’origine de tous nos actes ; sans elle, nous ne pourrions émettre un son, ni voir, ni entendre (un muscle règle la tension du tympan selon la force du son perçu). Dans le mouvement, ce ne sont ni sa coordination, ni sa précision qui sont importantes, c’est son intensité. Une détente permanente ralentit l’activité musculaire et l’affaiblit ; une tension permanente est à l’origine de mouvements saccadés et brusques. Les deux cas de figure révèlent clarement un état d’esprit, un senti. La qialité du mouvement reflète l’état d’organisation même de notre système nerveux.


Réagir

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)