Julien BOULIER - MUSIQUE


compte - rendu de la première partie du stage avec Agnès Brosset le vendredi 14 11 2003 [Publié le 2003-11-15 18:16:49]



Etaient présents :

Agnès Brosset, chanteuse, chef de choeur, professeur diplômée d’Etat et certifiée de technique vocale. Elle anime depuis plusieurs années des cours réguliers ou des stages spécialisés dans la pédagogie et les préparations au diplôme d’Etat de technique vocale. Professeur de chant à l’école nationale de musique de Vannes-Pontivy.

Catherine, animatrice chants traditionnels.

Myriam : ateliers chansons françaises, polyphonies, mises en scène à St Brieux.

Viviane (de Brest) ; cours en 4 ème année de chant avec Geneviève Lepage à l’école sup. de musique de Brest, aide les débutants de la classe de Geneviève (fait partie du groupe d’’octuor dans lequel je suis cordialement "invité" à participer comme "voix ténor", Viviane compte préparer un Diplôme d’Etat de prof. de chant.

Marie,( de Brest et originaire de Brest), donne des cours de chant à la Maison pour Tous , donne des cours au Centre de Cultures Musicales de Brest,, a stoppé ses études en lettres sup. à Rennes pour faire des études en art plastiques, continuer le chant et intégrer plus tard une école à Paris pour devenir médiatrice culturelle (a animé des stages à Océanopolis ; prend des cours de chant à Rennes avec Anne Lemer et fait du Jazz Vocal).

Jean-Yves Leduc, chef de choeur ; fait partie du groupe Elfrid à Vannes et fait également partie d’un quatuor.

Béatrice : professeur de théâtre, pratique la chorale par plaisir et fait partie de la classe d’étudiants travailleurs d’Armelle Ledà » pour devenir Dumiste (promotion 2002 2003 2004. (C’est le train qui précède la promo 2005 2006 2007 , train suivant que j’aimerais bien prendre à l’heure et en connaissance de cause !).

Béatrice (ou Béa pour éviter de se planter) : orthophoniste depuis 12 ans.

Mairie : originaire de Londres, chanteuse de Rock, musiques sur scène, intermittente du spectacle mais depuis peu , en fin de droit, directrice d’une école de musique, joue avec Etienne , bassiste réputé ici. Mariée avec un intermittent du spectacle lui aussi en fin de droit, tous deux parents de deux enfants en âge d’aller à l’université.

Coralie : parcours de chanteuse. Enseigne en M.J.C.

Erwenn : Fest Noz ; enseigne en classe bilingue. Veut apprendre à placer sa voix.

Gaà« lle : Jazz, Rap, Indien, contrats en scène stoppés net ; intermittente du spectacle ; Contrepoint à Rennes ; cours de chant avec Anne Lemer à Rennes ; répertoire de chansons françaises. ; chants du monde.

Viviane Tréguier : dirige choeur d’hommes ( des "pépés" : ce sont ses propres mots).

Florence : chanteuse (de Nantes), contralto. Depuis 10 années, artiste compositeur ; chanson musique du monde. Chant lyrique depuis plusieurs années. Prend des cours de chant avec René Comcha à l’opéra de Nantes.

Isabelle : chant Grégorien. Chant traditionnel avec Charles Cabert. Dpuis 10 ans, donne cours d’éveil musical à Rennes. Animatrice d’ateliers de pratique vocale.

Dans ce stage, on peut échanger nos différentes approches de la voix et de la respiration pour le chant à travers nos différents métiers ou expériences professionnelles, soit comme animateurs, enseignants, rééducateurs, etc. Le fonctionnement de la voix est abordé de façon théorique mais aussi par des explorations à travers des idées de "jeux d’explorations" apportés par les expériences des différents participants au stage, afin de mieux prendre conscience et faire mieux prendre conscience des différents aspects du fonctionnement de la voix, de ses capacités et performances, de ses verous et blocages, de ses zones de confort, de son évolution dans le temps.

Une première approche s’est faite par les recherches de Dietrich Fischer-Dieskau, l’article s’intitulant "La légende du chant". Ouvrage écrit par Evelyne Koch d’après une série d’entretiens. Puis, l’article "le corps et la voix" , ou "le point de vue de l’anatomie pour le mouvement", texte et dessins de Blandine Calais-Germain. Blandine Calais- Germain, formée à la danse contemporaine et la kinésithérapie, enseigne, à partir de cette double expérience, l’anatomie appliquée au mouvement(danse, sports,arts martiaux, théâtre, thérapie, yoga, etc...). Auteur d’"Anatomie pour le mouvements (nouvelle édition 1998 par l’auteur). Points abordés par l’article :

le larynx : des cordes vibrantes dans une armature souple.

Le larynx, suspendu dans le cou

A bon cou, bon larynx

Le cou, inclus dans tout l’aplomb corporel

Le temps de l’inspiration

Le temps de l’expiration

Mises en jeu thoraciques ou abdominales

Réhabiliter les respirations costales

Le diaphragme

Les abdominaux et le plancher pelvien

De l’air passe par la glotte

Les cordes vocales vibrent

La muqueuse ondule

Voir le détail de ce stage sous l’angle théorique dans la rubrique CFMI, compétences attendues du dumiste, chanson, avoir une bonne technique vocale et une bonne connaissance du fonctionnement de la voix

Ateliers proposés par les stagiaires l’après-midi pour prendre faire prendre conscience de l’ensemble du système respiratoire :

Premier atelier proposé par Coralie : Position allongée et sur le ventre, les bras étendus sur les côtés. Respirer profondément pendant qu’un autre stagiaire exerce une légère pression de ses mains sur les hanches et le dos de celui-ci. Puis inverser. Coralie évoque la difficulté de certains à accepter ce genre d’exercices parfois. Agnès prévient effectivement des risques de ce genre d’activités si elles sont ressenties par les stagiaires ou élèves comme un "verrou" ou un "obstacle supplémentaire" ; ne le faire que si les conditions sont réunies et ressenties comme une possibilité mais non comme une obligation. Le but est de mieux être dans son corps de chanteur pour mieux s’en servir. Rajouter une situation qui peut être vécue comme une gêne pour la suite d’une séance de chant est plutôt à éviter. Ne pas être trop nombreux ; une personne sur deux allongée la tête au centre du tapis pour permettre aux autres personnes d’avoir suffisamment de place pour venir s’installer aux côtés des personnes allongées. Forme générale de cercle dès le départ pour faciliter la mise en place. Intérêt de l’exercice selon Agnès : exercice à deux, complicité. Intérêt de "sentir" l’extension de la cage thoracique dans le dos par la résistance des maains d’un "pair" ou d’une "tierce personne". Reprise par Agnès : refaire l’exercice en "chantant", sans pour autant essayer de faire un joli son, mais en choisissant un son au hasard et sentir à la fois la respiration par la pression des mains et son rapport avec le chant émis.

Béatrice évoque la possibilité de faire le même execice mais allongé sur le dos. On ne le fait pas sinon ce serait trop long mais c’est possible.

Deuxième atelier proposé par Béatrice, professeur de théâtre et faisant partie de la classe d’Armelle Ledà » d’étudiants travailleurs Dumistes de la promotion 2002 2003 2004 :

Position allongée sur le dos : une deuxième personne essaye également d’exercer une pression des mains sur le ventre et la poitrine de la personne allongée. L’objectif est cette fois-ci de ne faire intervenir l’inspiration de la poitrine qu’en dernier lieu, pour prolonger l’inspiration au maximum. Agnès relie l’exercice avec le chant : essayer de commencer la respiration par le bas, les abdominaux, puis ensuite finir par la poitrine. Expirer par le mouvement inverse. Première phase sans le son émis. Deuxième phase en choisissant un son toujours sans chercher une "jolie note". Chercher plutôt l’exploration des capacités de la voix en ayant conscience des implications du phénomène respiratoire.

Agnès demande d’autres exercices peut-être plus dynamiques et qui seraient davantage faits pour "réveiller" une classe de chanteurs, après la sieste, en gros...

Troisième exercice proposé : julien

position debout. Exercice proposé par Laure quand elle nous fait chanter à la chorale d’adultes de l’école sup. de Musique à Brest le Jeudi soir, pour s’échauffer et travailler la respiration. Observer le chef de choeur en expirant sur le son "ssss" et en inspirant uniquement quand le geste du chef de choeur s’inverse. Ce geste du chef de choeur pour l’expiration commence par les bras écartés sur les côtés et symbolyse par les extrêmités des mains en formes de "pinces de crabes" grandes ouvertes, la cage thoracique dilatée au maximum, puis progressivement refermer les "pinces de crabes" tout en rapprochant lentement les mains l’une de l’autre sans jamais les faire se rejoindre tout à fait. Le geste de l’inspiration est inversé et les "pinces de crabes " se rouvrent et au même moment les bras se déploient assez rapidement mais de façon souple. Exiger qu’on n’entende aucun son au moment de l’inspiration, pour conserver les cordes vocales au maximum ouvertes à ce moment. Puis surtout faire varier les temps d’émission des sons sur la sifflante "sss".

Intérêt de l’exercice selon Agnès : excellent.

Le fait de ne pas prévenir les chanteurs qu’il faut regarder le chef de choeur pour réaliser correctement l’exercice est très bien selon elle. Cela incite à regarder, justement, les gestes du chef de choeur. Egalement, le fait de varier les longueurs d’expiration rend la qualité de l’inspiration toujours optimum, que le son à émettre dure longtemps ou non. Le geste du chef de choeur est en lui-même représentatif du mouvement que la cage thoracique dans sa totalité doit avoir au moment de l’inspiration, les poumons se dilatant de tous les cotés, comme le geste des brsas et les "pinces de crabes" qui s’ouvrent.

Quatrième exercice proposé : julien :le petit train. Exercice proposé par la conseillère pédagogique en musique de l’IUFM de St Lô : objectif : prendre conscience du rôle du diaphragme quand il remonte dans la cage thoracique au moment de l’expiration. Poser une main sur le ventre et prononcer "tch", "tch", "tch", assez fort. Les chanteurs doivent se rendre compte du mouvement du diaphragme qui remonte. Agnès est moins convaincue. L’exercice sur le son "ou" termine un peu comme le cri du héros deu film "Good Bye Lénine" quand il finit par crier le plus fort qu’il peut sous les conseils de sa petite amie infirmière. Du coup, il imite le singe.

Cinquième exercice proposé : la pêche au sons.

On vient chercher de façon mimée un son au centre de la pièce et on le tient serré dans sa main tout en le tirant vers l’arrière jusqu’à ce qu’on ne puisse plus chanter par manque de souffle. Alors on revient en prendre un au milieu de la pièce tout en inspirant. Le son es au choix de chacun.

L’exercice est très intéressant car il permet de se rendre compte qu’on "chante mieux en reculant". Le rapport entre la durée du son et "l’espace" qu’il va devoir parcourir entre le centre de la pièce et le mur vers lequel chaque chanteur recule est automatiquement analysé par le cerveau. L’effet sur la qualité du son émis est frappant. La qualité de l’inspiration également. De plus, comme il y a une tendance à ce que les mouvements soient au ralenti, il est possible de se venir écouter pour le "chef de choeur" auprès de chacun pour écouter et réfléchir à une éventuelle situation "différenciation".

Sixième exercice proposé par Isabelle :

relâchement des "zigomatiques" par le son répété "brrrr" des lèvres mises en vibration avec les joues gonflées. Intérêt de l’exercice : détente des muscles.

Septième exercice proposé par Coralie : Lever les bras doucement avec les mains jointes au-dessus de la tête, comme pour toucher le plafond, tout en expirant. Inspirer les bras toujours tendus, puis expirer doucement en lâchant les mains et en descendant les bras doucement sur les côtés. Répéter le geste 3 fois.

Huitième exercice proposé : le baillement. Prise de conscience de tous les muscles et de toutes les zones qui participent à la production et à la résonnance des sons, leur timbre. Faire volontairement remonter le palais "mou" qui est à l’arrière du palais.

Neuvième exercice proposé par Agnès : En équilibre sur un pied (l’autre étant à plat au niveau du genou), chanter en équilibre. En équilibre sur l’autre pied, l’autre étant à plat posé sur l’autre pied, les bras étendus pour l’équilibre, chanter sur un son choisi par chacun. En équilibre sur un pied, les bras étendus vers l’avant, faire "l’abeille" sur le son "vvvv" tout en explorant toues les positions possibles pour "voler" en chantant... très marrant. Aide à prendre conscience que la variation du son émis en chantant dépend de la position du corps ; exploration sonore.

Dixième exercice proposé par Agnès : en cercle, en position debout. Chacun son tour, puis une fois que quatre sont passés, les 4 ensemble, un son choisi par le chanteur ou la chanteuse pour qu’on explore les différentes positions du cou et des muscles concernés pour obtenir un son riche de plusieurs harmoniques. Imaginer qu’on chante pour quelqu’un qui est derrière soi et la cambrure naturelle du dos apparaît, le cou se dirige vers l’arrière... L’extension ou le rétrécissement du cou joue beaucoup. Une fois que tout le monde est passé, chanter tous ensemble sachant que plus les harmoniques de chaque son émis sont riches, plus le son général va "sonner".


Réagir

modération à priori

Ce forum est modéré à priori : votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur du site.

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Qui êtes-vous ? (optionnel)